Lifestyle

Diction trop rapide : comment gérer son stress quand on parle en public ? ?

Un débit trop rapide pour autrui

Si toi aussi tu es une hyperactive de la parlotte et si toi aussi tu peux sortir 187 phrases par battement de cœur, ou si toi aussi tu ne cesses de hurler au lieu de parler, alors ce post est fait pour toi.

Comme le titre l’indique, j’ai la fâcheuse habitude et ce, depuis toute petite, de débiter mes phrases aussi vite qu’un TGV grande ligne et aussi fort qu’une poissonnière vendant ses morues à la criée en jour de marché.

A priori, cette petite déformation vocale pose grand problème à mon entourage proche, mais pas que : cela pose aussi problème au travail.

Le souci, c’est que j’ai beau essayer de baisser mon débit, je n’y arrive pas. Ca fait des années que je travaille ce côté de ma personnalité et rien n’y fait, RIEN DE RIEN !

Je trouve très vexant (et chiant) quand on me fait la réflexion (& crois-moi, ça arrive tout le temps), de baisser le volume de ma voix ou de parler moins vite.

Quand on parle, ça vient du cœur et si on doit commencer à surveiller notre volume, notre débit et en plus, filtrer ce qu’on dis (je suis un générateur de conneries sur pattes ^^), bah j’peux te dire ma jolie qu’on n’est pas sortis de l’auberge.

Quand un défaut se transforme en complexe

Le truc, c’est que ça commence sérieusement à me taper sur les nerfs et cette histoire me filerait presque des complexes : les gens se moquent du timbre de ma voix, on m’appelle jeune homme au téléphone et en plus de ça, on me reprend tout le temps : insupportable quoi !

Je parle trop fort et alors ? Je parle trop vite (poils aux frites) et puis ALORS QUOI HEIN ? Tu vas me faire faire une ablation des cordes vocales ? Tu vas mettre un variateur au fond d’ma bouche ? Hein ? Hein ? Tu vas faire quoi ?

Parler trop fort et vite est certes, un défaut, mais cela fait partie de NOUS ! Alors que faut-il faire pour changer tout ça ? Hein ? J’te le demande moi !

Impossible de me maîtriser face au stress.

Et tu sais pourquoi je mâche mes mots à toute vitesse ? C’est tout simplement une déformation liée à mon enfance : comme tous les gosses, dès que j’essayais d’en placer une dans une conversation d’adulte, on me rabrouait tout le temps ou on me coupait la parole. Dès lors, j’ai commencé à parler très très vite, afin d’empêcher toute tentative de coupure de parole lorsque je voulais dire quelque chose.

Le résultat est qu’aujourd’hui, cette déformation est toujours là…et que ça devient réellement handicapant.

En règle générale, j’ai plutôt tendance à envoyer bouler les gens qui me font la remarque, mais quand ça touche à la vie professionnelle et que je dois répéter 50 fois la même chose à un client car je ne suis pas capable de construire une phrase audible, je commence à me dire qu’il serait peut-être temps que je fasse quelque chose pour me débarrasser de cette fâcheuse habitude.

Comment changer ce fait ? Avec quelles solutions ?

Aller voir un / une psychiatre / psychologue

Depuis plusieurs mois, je vais voir une psychiatre tous les lundis (ou presque). A l’origine, je ne suis pas du tout allée la consulter pour ça, mais je me rends compte aujourd’hui qu’elle m’a énormément apporté et m’a réellement fait prendre conscience que ce défaut n’était pas venu tout seul.

Le fait de régler mes problèmes liés à l’enfance, m’aide énormément et à priori (selon ma psy), mon débit de parole s’est clairement amélioré et mes idées sont beaucoup plus hiérarchisée qu’avant.

Bien détacher ses mots

Depuis quelques temps, j’essaie de parler en détachant chaque syllabe. Évidemment, cela ne fonctionne pas à tous les coups, mais ça a le mérite de faire baisser un peu le débit, car je me concentre sur les mots que je prononce. Le hic, c’est que j’ai parfois l’impression que je parle à des gens comme s’ils étaient des demeurés. Lol

La méditation

Je n’ai malheureusement pas encore eu l’occasion de tester (#hyperactivité power), mais je pense m’y mettre très rapidement, je suis une nana trop stressée et j’ai bien peur d’exploser un jour, donc le fat de méditer = se calmer = se poser = parler moins vite. Je suis certaine que c’est une des clés du changement que j’essaie d’opérer chez moi.

Le lâcher-prise

On ne t’écoute pas ? Tu as peur de présenter un projet en public ? La meilleure astuce que je peux alors essayer de te donner, c’est ça, le lâcher prise, tout simplement. Je suis loin d’être une pro dans le domaine étant donné que je suis incapable de le faire hein, mais encore une fois, j’y travaille avec Cédric et ma psy en parallèle. Cédric est tout le contraire de moi de ce côté là et fort heureusement, il me montre à quel point la pression que je me mets est superflue et surtout, que je suis une nana géniale, il m’aide à prendre confiance en moi et à avoir enfin la notion du lâcher-prise.

Le fin mot de l’histoire et lentement, s’iouplé

Si comme moi, tu parles trop vite, si comme moi, tu parles trop fort, si comme moi, tu es vexée dès qu’on t’en fait la réflexion, alors c’est que tu es NORMAL(E) .

Sache que cette manie fait partie de toi, mais si celle-ci te bouffe la vie, alors sincèrement, c’est qu’il y’a anguille sous roche, le problème est peut-être plus profond, mais c’est à toi de t’en rendre compte…

Voilà ma jolie, j’espère avoir pu t’aider en te partageant ce « témoignage » qui me tenais à cœur, à l’heure où ce billet est rédigé, je suis dans le TGV et je rentre à Strasbourg après avoir formé des clients. J’ai encore parlé trop vite et je le sais, mais je m’en fiche, car à présent, je suis fière de moi et je sais que je ne pourrais que m’améliorer, tout comme toi <3

Cha’

Partager l'article

Commentaires

2 commentaires

  1. j’avais ce même problème il y a quelques années. j’ai fait de la relaxation, des exercice de respiration et je me pratiquais à parler avec un crayon dans la bouche, ce qui m’empêchais de parler trop vite et à force de faire ces exercice, j’ai beaucoup moins de problème avec mon débit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *